Mai 2014 : Journée « Genre et Bande Dessinée »

Cette journée est co-organisée avec le laboratoire junior Sciences Dessinées. Elle aura lieu le mercredi 21 mai 2014 (9h00-18h30) à l’ENS de Lyon.

A la jonction de pratiques culturelles populaires et des recherches universitaires innovantes de plus en plus nombreuses, la bande dessinée constitue un media particulièrement intéressant pour les études de genre. D’une part, elle intéresse les sciences humaines en tant que pratique artistique connaissant un réel succès dans l’ensemble de la société : constituant un reflet de ses représentations en termes de genre et de sexualité, la sociologie, l’histoire ou la littérature peuvent réfléchir aux enjeux que recouvrent l’emploi des stéréotypes de genre dans les comics ou la bande dessinée francophone. Pourquoi cette omniprésence du stéréotype ? Est-il lié au mode de consommation de la bande dessinée, ou renvoie-t-il à une réalité iconique et symbolique propre à ce genre longtemps illégitime ? La réception des œuvres est-elle conditionnée par la manière dont les stéréotypes de genre peuvent se trouve confirmés ? Mais si la bande dessinée peut constituer un objet pour les études de genre, elle tend aujourd’hui à réfléchir par elle-même à ces enjeux. Fictions mettant en scène des personnages ambigus sur le plan du genre et leurs destins, dessins de presse féministes, autobiographies dessinées évoquant des existences travaillées par le « trouble dans le genre », recueils de témoignages assortis de travaux universitaires… la bande-dessinée prend parti, s’engage, mais également, vulgarise. La journée du 21 mai aura pour objectif de scruter ces échanges féconds entre un media populaire et un champ des études universitaires, au travers d’études et d’entretiens réfléchissant à la manière dont l’identité des personnages de bande dessinée obéit aux normes de genre ou parvient à les déconstruire.

Affiche réalisée par Morpheen

Image Genre et BD

Programme :

Le matin sera consacré à des interventions universitaires : Christine Détrez, sociologue, qui a travaillé sur la réception genrée du manga ; Alain Chante, sociologue, qui a travaillé sur la représentation des femmes dans la BD francobelge notamment ; Isabelle Guillaume, angliciste, sur l’autobiographie d’Alison Bechdel ; Elsa Caboche, sur les Cités obscures et les identités sous le crayon de F. Schuiten et sous la plume de B. Peeters et de Jacques Abeille.

L’après midi prendra la forme d’une table ronde, en présence de Morpheen, bloggueuse dessinatrice, d’Hubert, scénariste de la BD « Les gens normaux », et de J-C Deveney, scénariste et organisateur de l’exposition « Héroïnes ».

9h30: Isabelle Guillaume (études anglophones, ENS de Lyon), « Inversions et identités dans Fun Home D’Alison Bechdel ».

10h10: Elsa Caboche (littérature comparée, Université de Poitiers) « Toutes… sauf maman, et encore : condition des femmes chez Schuiten, Peeters et Jacques Abeille ».

10h50: pause.

11h: Christine Détrez (sociologie, ENS de Lyon) « Des shojos pour les filles, des shonens pour les garçons. Chacun son manga ? ».

11h40: Alain Chante (sciences de l’information et de la communication, Université Paul Valéry) « Nouveaux regards sur les images de la femme dans la BD des années 50-80:une vision plus complexe et plus diversifiée que prévue ».

12h15-30 Repas.

14h: Hubert (scénariste et coordinateur de « Les Gens Normaux »).

14h45: Morpheen (dessinatrice au magazine Causette et blogueuse).

15h30: J-C Deveney (scénariste et coordinateur de l’exposition « Héro(ïne)s »).

16h15: pause.

16h30: table ronde.

Comments are closed